top of page

Points de discussion:
Caroline Frontigny, upOwa

23 novembre 2020

Dans le deuxième volet de notre série d'entretiens Talking Points , nous discutons avec Caroline Frontigny, co-fondatrice du développeur de systèmes solaires domestiques basé au Cameroun, upOwa .

 

Caroline, au moment où vous avez co-fondé upOwa en 2014, vous travailliez en tant qu'analyste du développement du secteur privé pour le Groupe de la Banque mondiale, où vous aidiez à identifier les goulots d'étranglement et les bonnes pratiques dans l'accès à l'électricité en Afrique, entre autres. Qu'est-ce qui vous a poussé à vous lancer vous-même dans le privé ?

[CF] Venant du côté réglementaire des institutions internationales, je voulais avoir un impact plus direct sur la population et être celui qui installerait réellement l'électricité chez les gens. Connaissant les nouvelles pratiques émergentes pour l'accès à l'électricité telles que les systèmes solaires domestiques (SHS) à la carte (PAYG), j'avais hâte de l'essayer sur le terrain et d'expérimenter la réalité quotidienne des opérateurs. .

J'avais aussi envie d'une aventure, dont j'ai eu ma part depuis mon déménagement de Washington DC à Bafoussam, une ville de taille moyenne du Cameroun rural avec un accès intermittent à l'eau et à Internet ! Brancher les maisons des gens à l'électricité pour la première fois et ressentir la joie de la communauté a changé ma vie et a confirmé pour moi que j'avais fait un bon choix.

 

Le secteur SHS du Cameroun était aux premiers stades de développement en 2014. Comment le marché s'est-il développé depuis lors non seulement au Cameroun mais en Afrique de l'Ouest et du Centre dans son ensemble ? Selon vous, quels sont les principaux défis qui empêchent toujours le secteur de se développer ?

 

[CF] Le secteur a énormément changé depuis 2014. A l'époque, nous ne pouvions pas identifier un autre opérateur PAYG SHS dans les pays africains francophones et nous avions du mal à trouver des fabricants qui étaient heureux de nous vendre de petites quantités de PAYG SHS pour essayer le marché camerounais . Le secteur a énormément changé depuis lors, avec plusieurs opérateurs distribuant maintenant en Afrique de l'Ouest, bien que l'Afrique centrale semble être à la traîne en termes d'opérateurs PAYG SHS.

En effet, il reste encore d'énormes défis à relever pour débloquer l'accès au PAYG SHS pour les populations hors réseau. Par exemple, au Cameroun, les opérateurs PAYG SHS ne sont pas reconnus par la loi nationale de l'électricité et il n'y a pas de normes de qualité pour les SHS ce qui laisse la place à des produits de faible qualité pour entrer sur le marché, ce qui détériore l'image des produits solaires et fausse la concurrence.

 

Au cours des derniers mois, nous avons vu des exonérations de TVA accordées pour les équipements solaires au Sénégal et au Nigeria. Selon vous, quel sera l'impact de ces mesures sur les entreprises SHS ? Quelle est la situation à cet égard au Cameroun ?

 

[CF] L'exemption de TVA est un excellent moyen de soutenir l'électrification des SHS et d'uniformiser les règles du jeu avec d'autres produits énergétiques subventionnés. Le Cameroun bénéficie d'une exonération de TVA pour les produits solaires depuis 2012, ce qui a donné un coup de fouet à l'industrie. Cependant, cette exonération n'est pas appliquée automatiquement et uniformément. Cela crée un niveau élevé d'incertitude pour le développement du secteur SHS et souligne l'importance d'une mise en œuvre efficace, de la prévisibilité et de la transparence des mesures politiques.

 

C'est à peu près à la même époque l'année dernière qu'upOwa a finalisé une augmentation de capital de 3 millions d'euros - dont 1,3 million d'euros de financement en fonds propres de la Renewable Energy Performance Platform (REPP) - afin de soutenir une phase d'expansion rapide impliquant le déploiement de plus de 200 000 maisons solaires. systèmes à travers le Cameroun d'ici fin 2023. Comment le financement vous a-t-il aidé à faire avancer ces plans très ambitieux ? Et pourquoi avez-vous approché REPP spécifiquement pour obtenir de l'aide ?

 

[CF] La distribution PAYG SHS est un modèle à forte intensité de capital qui oblige les entreprises à lever des fonds propres et des dettes pour soutenir les opérations et atteindre la rentabilité. Le soutien en fonds propres de REPP a été essentiel pour obtenir le capital nécessaire pour développer notre équipe et augmenter notre portée au Cameroun, ainsi que pour débloquer la dette pour offrir des services PAYG à nos clients.

Nous avons choisi de travailler notamment avec REPP pour l'expérience du fonds dans le secteur de l'énergie et sa connaissance du contexte africain. Notre équipe a également eu une excellente relation de travail avec les REPP et s'est alignée sur REPP en termes de stratégie à court et à long terme, ce qui est important car les investisseurs en démarrage sont des partenaires clés pour le développement d'une entreprise.

Distribuer plus de 200 000 SHS est un objectif ambitieux mais conforme aux besoins du pays. La crise du COVID-19 a entravé le calendrier, mais le plan reste inchangé.

 

Vous mentionnez COVID-19 - comment la crise a-t-elle affecté les opérations commerciales d'upOwa, ainsi que vos clients et les communautés dans lesquelles ils vivent ? Quelles mesures votre entreprise a-t-elle prises pour résoudre les problèmes?

 

[CF] La crise du COVID-19 a rendu nos déplacements dans les communautés rurales beaucoup plus compliqués pour nous, et a par conséquent porté un coup dur au développement de nos opérations. Quant aux communautés que nous servons, elles ont été confrontées à des restrictions de marchés pour vendre leurs récoltes, ce qui a réduit leurs revenus.

Nous avons dû réagir rapidement et planifier l'avenir avec une grande incertitude. Néanmoins, nous avons eu la chance que l'entreprise ait travaillé avec REPP sur un système de gestion environnementale et sociale qui s'est avéré utile pour faire face à la crise.  Par exemple, l'entreprise a agi immédiatement pour fournir au personnel des informations fiables sur le virus et distribuer du matériel pour se protéger et protéger ses clients. Ensuite, nous avons travaillé sur des processus adaptés pour assurer la continuité et la qualité des opérations pour le personnel et les clients qui avaient besoin d'électricité et d'accès à l'information.

 

Vous avez récemment été reconnue comme une femme entrepreneur de premier plan en Afrique de l'Ouest et du Centre par Business Financing, ce qui est une distinction notable en soi, mais surtout compte tenu de la prédominance masculine du secteur des énergies renouvelables. Pourquoi est-ce que plus de femmes n'entrent pas dans le secteur, et quelle est l'approche d'upOwa pour assurer l'intégration du genre au niveau de l'entreprise et du projet ?

 

[CF] Une combinaison de facteurs :  les femmes sont généralement sous-représentées dans les secteurs de l'énergie et des start-up des régions. En effet, il existe peu d'exemples de femmes entrepreneures, et les femmes ne sont pas socialement encouragées à prendre des risques professionnels. Je vois des changements dans les générations à venir, bien que l'écart soit encore énorme et que des actions positives soient nécessaires.

C'est un défi d'assurer l'intégration du genre. Chez upOwa, nous travaillons sur un plan d'action genre, d'abord pour évaluer la situation puis pour déployer des mesures d'ici le début de l'année prochaine pour assurer l'équité genre dans l'entreprise et vis-à-vis de nos populations cibles.

Le principal défi pour nous dans la mise en œuvre d'un plan d'action sur l'égalité des sexes est que cela prend des ressources et du temps, ce qui nous manque tous les deux en tant qu'entreprise en développement. Le soutien du REPP à cet égard a été essentiel pour garantir que le plan demeure une priorité absolue.

 

Pensez-vous que nous assistons à une évolution vers l'intégration de la dimension de genre dans le secteur des énergies renouvelables de manière plus large ? Et que pourrait-on faire pour accélérer le changement ?

 

[CF] Oui, je sens le changement de conscience concernant l'importance du genre dans l'industrie SHS, au sein des entreprises ainsi que des populations cibles, qui est probablement lié. Pour apporter un changement réel et durable, il sera essentiel de voir davantage de partage des connaissances, comme le font Power Africa et GOGLA, ainsi que davantage de ressources, de soutien et d'incitation de la part des institutions et des partenaires financiers pour surveiller et mettre en œuvre la politique de genre.

 

En regardant en arrière au cours des six dernières années, il doit y avoir de nombreuses leçons que vous avez apprises que vous auriez souhaité savoir quand vous avez commencé. Sans dévoiler tous vos secrets, quels conseils donneriez-vous aux autres développeurs SHS qui débutent aujourd'hui en Afrique de l'Ouest et du Centre ?

 

[CF] La principale leçon est que cela prend beaucoup plus de temps que vous ne le pensez ! Alors, mon conseil serait de prendre le temps de comprendre votre marché, qui est complexe et variable au sein d'un même pays, pour constituer une équipe solide et trouver des partenaires qui partagent votre vision. Ensuite, prenez le temps des essais et des erreurs : la distribution SHS est compliquée et nécessite un réglage constant pour trouver les bons produits, les bonnes offres de crédit, la bonne configuration de votre équipe pour maximiser votre impact et votre accès à l'électricité à travers le monde.

Cet article a été publié pour la première fois sur ESI Africa.

Lisez les autres interviews de la série Talking Points :

  • Mike Gratwicke, directeur général du développeur et propriétaire du réseau de distribution hybride hydro/éolien basé en Tanzanie, Rift Valley Energy

  • Karl Boyce, PDG du développeur de mini-réseaux basé au Rwanda ARC Power

  • Chris Londubat, PDG et co-fondateur de Mobile Power, entreprise de location de batteries basée en Afrique de l'Ouest

bottom of page